27. avril 2021

 – Policy Brief

Le rôle des enfants et adolescents dans l’épidémie de COVID-19

Ce texte est un résumé de la Policy brief originale écrite en anglais

Résumé

Les enfants et les adolescents peuvent être infectés par le SARS-CoV-2 et peuvent le transmettre. Leurs symptômes sont en général moins sévères que chez les adultes. La littérature scientifique actuellement disponible ne permet pas de déterminer de manière précise les rapports entre l’âge d’une personne et les probabilités qu’elle soit infectée par le virus ou qu’elle le transmette. Il est important de distinguer différents groupes d’âge: les petits enfants (de 0 à 5 ans), écolières et écoliers (6-12 ans), adolescentes et adolescents (13-17 ans).

Les enfants ainsi que les adolescentes et les adolescents peuvent être infectés par le SARS-CoV-2, tomber malade ainsi que transmettre le virus. Ils présentent en général moins fréquemment des symptômes, qui sont aussi moins graves que les adultes, et la probabilité d’une évolution sévère du COVID-19 est moins élevée chez eux. Ils peuvent souffrir d’un COVID long, et les enfants peuvent développer un syndrome grave appelé Syndrome Inflammatoire Multisystémique Pédiatrique associé temporellement au COVID-19 (PIMS-TS). Les caractéristiques de ces deux évolutions de la maladie, notamment leur fréquence, n’ont pas encore été élucidées.

La littérature scientifique actuellement disponible ne permet pas de déterminer de manière précise le rapport entre l’âge d’une personne et la probabilité qu’elle soit infectée par le virus. Cette dernière résulte d’une combinaison de facteurs: la susceptibilité de la personne au SARS-CoV-2 (notamment liée à des facteurs biologiques) et son environnement, notamment le niveau de transmission du virus dans la communauté et les mesures de prévention mises en place. Les études en mesure de démêler ces différents facteurs sont difficiles à mener, notamment parce que les environnements des enfants et ceux des adultes se distinguent fortement, mais un compte rendu plus systématique des facteurs aiderait à interpréter les résultats. De plus, les enfants présentent moins de symptômes et sont moins souvent testés que les adultes, ce qui fausse les estimations de leur susceptibilité aux infections. Dans les études sur des expositions au virus dans un même ménage, la proportion des personnes infectées augmente avec l’âge.

Le rapport entre l’âge et l’infectiosité (à savoir la propension à transmettre le virus à autrui) reste également incertain. Premièrement, les personnes ayant peu ou pas de symptômes ne sont pas testées systématiquement, ce qui concerne davantage les enfants. Deuxièmement, il est difficile de démêler les différents facteurs influençant les transmissions, à savoir le variant du virus ainsi que l’intensité et la durée des expositions. Des études indiquent que la charge virale semble similaire chez les enfants, les adolescents et adultes qui ont été testés au même moment après l’apparition des symptômes.

De nouvelles études sont nécessaires pour mieux déterminer le rôle joué par les enfants et les l’adolescents dans l’épidémie de COVID-19, notamment en l’absence d’informations épidémiologiques détaillées sur la dynamique de transmission des nouveaux variants. Des études longitudinales dans les écoles et dans les foyers seraient utiles.

Des mesures de préventions appropriées doivent être appliquées de manière systématique dans les écoles.

Type of document: Evidence review

Date of request: 30/03/2020

Date of response: 20/04/2020

1st Up-date:   23/4/2020

2nd Up-date:  10/5/2020

3rd Up-date:   12/8/2020

4th Up-date:   09/04/2021

In response to request from: NCS-TF Advisory Board and Federal Office of Public Health

Experts involved: Public Health, with input from other groups

Contact persons: Margarethe Wiedenmann, Nicola Low