News-Symbolbild

Évaluation de la situation épidémiologique, 8 décembre 2020

Download the document in PDF

Deutsch Français

Situation générale

A l’échelle nationale, l’épidémie de SARS-CoV-2 montre une tendance stable ou à la hausse. Le taux de reproduction effectif Re est [1]

• 1,06 (intervalle de confiance de 95% IC: 1,05-1,08) sur la base des cas confirmés (au 27.11.2020)
• 0,84 (95% UC: 0,76-0,93) sur la base des hospitalisations (au 22.11.2020)
• 0,93 (95 % UC: 0,8-1,05) sur la base des décès (au 16.11.2020)

Le taux Re basé sur les cas confirmés est repassé au-dessus du seuil critique de 1, ce qui indique une croissance exponentielle de l’épidémie. Cette analyse est étayée par la période de doublement ou de division par deux des cas confirmés et des hospitalisations au cours des 14 derniers jours [2]. Le nombre de patients COVID-19 dans les unités de soins intensifs [3] (463-512) et le nombre de décès quotidiens [4] (62-93) sont restés à des niveaux élevés relativement stables au cours des 14 derniers jours. Le nombre cumulé de cas confirmés au cours des 14 derniers jours est de 621 pour 100 000 habitants.

Depuis le 1er octobre 2020, l’Office fédéral de la santé publique a enregistré 3 296 décès confirmés en laboratoire [5] . Les cantons ont fait état de 3’596 décès pendant cette période [6] . Les statistiques de mortalité de l’Office fédéral de la statistique montrent une surmortalité dans le groupe d’âge des 65 ans et plus au cours des 5 dernières semaines [7] . Cette surmortalité est évidente dans toutes les grandes régions de Suisse [8].

Différences régionales

Les différences régionales et cantonales dans le déroulement de l’épidémie de SARS-CoV-2 sont considérables. Le nombre cumulé de cas quotidiens confirmés au cours des 14 derniers jours pour 100 000 habitants varie de 347 (Appenzell Rhodes-Intérieures) à 879 (Tessin). Dans les sept grandes régions de la Suisse, le taux de reproduction Re basé les cas confirmés (médian) se trouve en dessous 0,8. Cette valeur a été proposée par la Task force scientifique nationale COVID-19 comme objectif et conduirait à réduire de moitié le nombre de nouvelles infections dans un délai maximum de 14 jours [9]: Région lémanique (0,88; 95% IC: 0,84-0,92), Espace Mittelland (1,05; 95% IC: 1,01-1,09), Tessin (1,06; 95% IC: 0,99-1,14), Suisse du Nord-Ouest (1,09; 95% IC: 1,04-1,14), Suisse centrale (1,11; 95% IC: 1,04-1,18), Zurich (1,12; 95% IC: 1,08-1,17), Suisse orientale (1,16; 95% IC: 1,11-1,2). Les valeurs de Re peuvent présenter des différences considérables entre les cantons d’une même grande région. [10]

Évaluation

Après la croissance rapide de l’épidémie de SARS-CoV-2 en octobre 2020 et son recul en novembre 2020, la tendance au niveau national est désormais stable ou à la hausse. Dans toute la Suisse, les taux de reproduction Re basés sur les 3 indicateurs sont supérieurs à la valeur cible de 0,8 proposée par le groupe de travail scientifique national COVID-19. Il existe également de fortes différences régionales. Alors que les cantons et grandes régions ayant adopté des mesures supplémentaires montrent notamment une décroissance de l’épidémie, d’autres cantons et grandes régions affichent une tendance stable, voire à la hausse. Les estimations de Re doivent être interprétées avec prudence en raison des délais qui accompagnent les annonces des statistiques journalières, de la forte positivité des tests et du nombre variable de tests [11]. Le nombre cumulé de cas quotidiens confirmés au cours des 14 derniers jours est bien supérieur au seuil de 60 pour 100 000 habitants dans tous les cantons. Le taux de positivité des tests est largement supérieur à la valeur seuil de 5% recommandée par l’Organisation mondiale de la santé. La charge actuelle sur le système de santé et le nombre de décès quotidiens restent élevés dans de nombreux cantons. On peut supposer que la baisse des températures, la mobilité et l’augmentation des contacts attendus à la suite des sports d’hiver et des vacances de Noël entraîneront une augmentation des infections.