covid19-swiss

Déclaration de la Swiss National COVID-19 Science Task Force concernant la nouvelle variante du SARS-COV-2 (VOC-202012/01)

Des équipes de recherche au Royaume-Uni et en Afrique du Sud ont chacune découvert une nouvelle variante du coronavirus, lesquelles se propagent rapidement dans les deux pays. La Task force scientifique a déjà donné des informations à ce sujet au point de presse du 22 décembre 2020.

 

Depuis le dimanche 20 décembre 2020, des échantillons de Suisse pouvant contenir la nouvelle variante VOC-202012/01 du SARS-CoV-2 découverte au Royaume-Uni font l’objet d’un examen intensif (cette variante est parfois appelée B.1.1.7 ou N501Y.V1). Des indices de cette nouvelle variante peuvent être obtenus avec certains tests diagnostic PCR, mais ceux-ci ne sont pas utilisés par tous les laboratoires suisses. Cette méthode n’étant pas spécifique à 100% pour l’identification de cette variante, ces échantillons sont également séquencés pour vérification.

 

Comme l’a indiqué l’Office fédéral de la santé publique hier, 24 décembre 2020, la variante VOC-202012/01 a désormais été démontrée dans deux échantillons provenant de Suisse. Des efforts importants sont actuellement déployés pour examiner si VOC-202012/01 s’est également répandue plus loin en Suisse.

 

Les informations fournies par le New and Emerging Respiratory Virus Threats Advisory Group (NERVTAG) au Royaume-Uni, le European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Center for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis indiquent que VOC 202012/01 se propage rapidement et est plus susceptible d’être contagieuse que les autres variantes du SARS-CoV-2. Il n’existe actuellement aucun signe que VOC 202012/01 provoquerait une maladie plus grave que les autres variantes. Il n’y a pas non plus de signes que VOC 202012/01 ne serait pas couverte par la réponse immunitaire déclenchée par les vaccins.

 

La Suisse se trouve depuis des semaines dans une situation de risque épidémiologique important, avec un nombre très élevé d’infections et de décès, une augmentation constante des paramètres de la pandémie dans plusieurs régions et un système de santé soumis à une pression sans précédent. Les jours et les semaines à venir présentent en outre des facteurs de risque supplémentaires : les fêtes de fin d’année et le tourisme hivernal, avec une augmentation des contacts et de la mobilité, et la possibilité de nouvelles baisses de température. Une variante du virus probablement plus contagieuse que les précédentes variantes du SARS-CoV-2 constitue dans ce contexte un risque additionnel pour la Suisse. La propagation d’une variante plus contagieuse rendrait plus difficile le contrôle de l’épidémie en Suisse.

 

La Task Force scientifique a communiqué le 15 décembre 2020 que, selon elle, des mesures strictes et à l’échelle nationale sont indiquées (voir le communiqué du Point de Presse du 15 décembre 2020). L’émergence de cette variante du virus VOC 202012/01, probablement encore plus infectieuse, renforce encore cette urgence. Afin de prévenir ou de ralentir la propagation de la nouvelle variante du virus en Suisse, la Task Force estime qu’en plus des mesures de réduction des contacts, il est nécessaire d’étendre immédiatement les capacités cantonales de test et de traçage et d’implémenter de manière stricte et cohérente les règles d’isolement et de quarantaine. Les efforts visant à identifier les clusters et les chaînes de transmission sont particulièrement importants dans la situation actuelle.

 

Nous savons comment nous protéger efficacement contre le SARS-CoV-2, et toutes ces mesures de protection que nous connaissons bien fonctionnent également contre cette nouvelle variante. Les transmissions nécessitent des contacts – ensemble, nous pouvons agir efficacement contre cette nouvelle variante aussi, notamment en réduisant nos contacts autant que possible.